AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La recherche en danger, un autre nuage se profile....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nausicaä
Admin
avatar

Nombre de messages : 371
Age : 34
Localisation : Dans un monde de Bisounours...
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 1:59

Voici le mail que m'a communiqué la direction du centre d'anthropologie de Toulouse, relayé par ma directrice de recherche.

Je pense que les chercheurs risquent eux- aussi de vouloir rentrer dans la mêlée. Il est, de mon avis plus que temps, et plus que nécessaire que chacun s'interroge sur ses motivations à la fac et ses objectifs professionnels. L'avenir semble sombre pour la recherche en France, en particulier si vous envisagez de travailler dans le secteur public et les sciences "molles" (je déteste ce terme).


Appel pour une autre réforme du service public d’enseignement supérieur et de recherche
http://www.sauvonslarecherche.fr:80/spip.php?page=article&id_article=1772 <http://www.sauvonslarecherche.fr:80/spip.php?page=article&amp;id_article=1772> <http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?page=signatures&amp;id_article=1772>
"L’enseignement et la connaissance sont importants parce qu’ils définissent ce qui, à travers les siècles, a fait de nous des humains, et non parce qu’ils peuvent améliorer notre compétitivité mondiale", ainsi s’exprimait récemment D. Faust, présidente de l’université de Harvard. Comme l’université française a assumé depuis vingt ans un quasi-doublement des effectifs étudiants sans moyens suffisants pour accompagner cette évolution, elle se trouve aujourd’hui en grande difficulté pour remplir les missions de production et de transmission des connaissances qu’implique une telle vision. Pour améliorer cette situation, de nombreuses propositions ont été formulées par la communauté scientifique. Mais le gouvernement les a ignorées et a tiré argument des difficultés réelles de l’université pour transformer complètement, brutalement et sans réelle concertation, l’ensemble du dispositif national de recherche et d’enseignement supérieur, afin que celui-ci puisse être géré comme une entreprise, afin qu’un objectif majeur de l’enseignement supérieur soit la professionalisation immédiate, et que la recherche soit avant tout finalisée et à court terme.

L’urgence aurait dû être d’investir massivement dans les universités, y compris en moyens humains. Mais l’urgence pour le gouvernement a été la mise en place de la LRU (Loi libertés et responsabilités des universités), c’est-à-dire un cadre (l’autonomie des universités) qui lui permette d’accélérer un désengagement financier, tout en masquant cette démarche par des effets d’annonce. Cette autonomie verra un fort accroissement des pouvoirs attribués aux présidents d’université, qui auront en particulier la haute main sur les processus de recrutement de personnel, au mépris de la norme internationale, qui recommande un recrutement par des pairs compétents.

L’autonomie scientifique des universités ne sera qu’une façade dans une construction dirigiste et centralisée entièrement contrôlée par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), imposant une recherche sur projets à court terme, sans prise de risque, sur les axes détaillés établis par le ministère, avec un nombre croissant de personnels précaires. Ce dispositif de contrôle du champ scientifique par le politique est complété par l’AERES, agence d’évaluation entièrement constituée de personnalités nommées.

Les phénomènes de concentration de pouvoirs sans contre-pouvoirs seront aggravés par la disparition programmée des EPST en tant qu’organismes de recherche ayant une politique scientifique autonome, en particulier le CNRS, principal vecteur d’une recherche non finalisée sur le long terme privilégiant la pluridisciplinarité et la prise de risque. Les UMR (Unités Mixtes de Recherche, dépendant d’une université et d’un organisme de recherche), représentent l’endroit où peut s’articuler une vision nationale et internationale assurée par les organismes de recherche, et la dimension locale qui relève de l’université de tutelle. Cette articulation permet de coordonner l’effort de recherche dans chaque champ disciplinaire et dans le contexte international. La commission d’Aubert prépare aujourd’hui la suppression de fait de cette double tutelle, et s’apprête ainsi à casser un système qui a fait la preuve de ses vertus structurantes.

Face à ces mesures qui nous paraissent inadaptées et dangereuses, nous demandons :
Pour les acteurs de la recherche et de l’enseignement, une véritable autonomie scientifique et pédagogique par rapport au politique (qui n’implique aucunement un désintérêt pour les demandes de la société). Contrairement à ce que la référence à l’autonomie des universités veut laisser croire, cette autonomie-là leur est refusée.

Un renforcement du partenariat entre universités et organismes de recherche, en maintenant le principe d’une double tutelle (locale et nationale) sur les unités mixtes de recherche.

Une répartition complètement modifiée des affectations de moyens pour l’enseignement supérieur et la recherche prévues dans le budget 2008. Il faut diminuer les crédits affectés à l’ANR et au Crédit Impôt Recherche, pour augmenter ceux versés aux laboratoires par le biais des établissements (universités et organismes de recherche).

L’octroi aux universités d’un financement par étudiant équivalant à celui des classes préparatoires, des BTS et des écoles professionnelles. Un tel soutien public est la condition indispensable pour pouvoir renouer avec l’ambition de démocratisation scolaire et pour que le financement privé ne conduise pas à un contrôle des activités d’enseignement supérieur et de recherche par le privé.

Un plan pluriannuel de création d’emplois (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs) afin de pouvoir renforcer l’encadrement pédagogique en premier cycle, sans recourir à des heures supplémentaires : il importe d’augmenter le temps que les enseignants-chercheurs peuvent consacrer à la recherche, pas de le diminuer ! La moitié de l’augmentation du Crédit Impôt Recherche suffirait pour mettre ce plan en place.

Nous demandons que les principes défendus ici soient pris en compte, et se traduisent dans les faits par un changement net de la politique menée actuellement. Nous demandons que soient clairement explicitées les perspectives d’évolution de notre système, et que toute nouvelle décision engageant son avenir soit précédée d’une concertation avec les instances véritablement représentatives des personnels. Dès à présent, nous nous attacherons à animer le débat sur ces questions auprès de nos collègues et concitoyens. Prochainement, un bilan sera fait de la prise en compte de ces demandes, notamment par la commission d’Aubert, et à travers les budgets affectés aux universités et aux organismes de recherche. Si ce bilan ne fait pas apparaître les garanties indispensables et que se confirment les menaces sur l’avenir des organismes de recherche, nous mettrons en oeuvre d’autres moyens d’action pour stopper cette évolution.


Premiers signataires
Henri Audier, chimiste, Directeur de Recherche émérite au CNRS ; Pierre Beauvillain, Président de la section 08 du CoNRS, DR CNRS ; Gilles Bergametti, Président de la section 19 du CoNRS, DR CNRS ; Jacques Bertoglio, DR Inserm, Président CSS2 Inserm ; Christophe Blondel, DR CNRS, coordinateur des secrétaires du Comité national de la recherche scientifique ; Edouard Brézin, physicien, Professeur à l’université Pierre et Marie Curie ; Julien Brossard, Physicien, Ingénieur de Recherche CNRS ; Georges Debrégeas, physicien, Chargé de Recherche au CNRS ; Jean Fabbri, mathématicien, maître de conférences à l’université de Tours ; Jacqueline Heinen, sociologue, Professeure à l’université Versailles-St-Quentin, présidente de la CPCNU ; Bernard Jégou, DR INSERM, président de la CSS 6-INSERM ; Pierre Joliot, biophysicien, Professeur honoraire au Collège de France ; Rose Katz, DR inserm ; Annick Kieffer, sociologue, Ingénieure CNRS ; Yves Langevin, astrophysicien, Directeur de Recherche au CNRS, président de la CPCN ; Jean-Luc Mazet, biologiste, chercheur CNRS ; Bertrand Monthubert, mathématicien, Professeur à l’université P. Sabatier ; Jacques Moret, biologiste, Professeur au Muséum d’histoire naturelle, vice-président de la CPCNU ; Rémy Mosseri, physicien, Directeur de Recherche au CNRS ; Pierre Netter, biologiste, professeur à l’Université P. et M. Curie, directeur d’école doctorale ; Frédéric Sawicki, politiste, Professeur à l’université Lille 2 ; Isabelle Sommier, politiste, maître de conférences à l’université Paris 1, directrice du Centre de recherches politiques de la Sorbonne ; Daniel Steinmetz, ingénieur de recherche CNRS, élu au CA du CNRS ; Alain Trautmann, biologiste, Directeur de Recherche au CNRS ; Henri Vial, Président de la section 23 du CoNRS.

<http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?page=forum&amp;id_article=1772>
_______________________________________

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/nausycaa/
-Branwen-
Officier Admin
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 33
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 14:15

J'ai pas tout lu là (manque de temps) mais il me semble que j'ai eu une lettre similaire des professeurs chercheurs LSH de ma fac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihongomirail.frbb.net
Pluie

avatar

Nombre de messages : 475
Age : 32
Localisation : Entre les lignes
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 14:53

Je vais me faire l'avocat du diable quelques secondes. Si vous acceptez que je donne mon avis, la recherche en France elle est déjà moisie. Le problème de la France c'est qu'on râle tout le temps, les choses ne vont pas une chose est proposée et c'est la furie . On a beau critiquer l'Amérique, je suis désolé mais niveau recherche ils assurent, pour avoir lu Science et Vie pendant quelques mois je peux vous dire que la grosse majeure partie des découvertes (Utiles et Futiles dirons nous pour être réducteur) sont faites aux Etats-Unis, par n'ayons pas peur des mots tout sauf des Américains pure souche (je force le trait) beaucoup de Pakistanais, de Français et j'en passe. Si la recherche n'était pas déjà et depuis longtemps en danger je ne lirai pas autant de truc genre : L'Américain Jean-François Dupont et son équipe de chercheur viennent de faire une découverte capitale, blabla dans le domaine de la santé. Par contre pour dégrader on est balaise, hier un des pompiers de la fac m'a dit que le petit coup de peinture (totalement annihilé) d'il y a pas même 6 mois à coûté 30 000 € à la fac. Alors bon, je ne suis pas vraiment très renseigné sur le sujet, je ne suis pas (encore) aussi instruit que ces messieurs signataires, je me contente juste de constater certaines choses, sans prétention aucune tout en me doutant d'avoir dit des bétises. Mais le résultat est là, la recherche est déjà overdead en France, et je ne vois vraiment pas comment on va s'en sortir avec une telle mentalité, celle des Français qui ont pris l'habitude de tout rejeter en bloc, côté réforme et côté acquis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluie

avatar

Nombre de messages : 475
Age : 32
Localisation : Entre les lignes
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 15:06

Je précise, je ne cherche pas du tout à Paul et Mickey. C'est juste un petit constat, je veux dire bien sûr que le système Américain à ses failles (rien n'est infaillible) mais comme on parle tout le temps des mauvais côtés, je pensais qu'il serait bien de donner aussi les bons résultats. Ceci étant fait dans la plus pure et la plus grande respectuosité des idées de chacun. (bon je crois que j'évite le clash là ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-Branwen-
Officier Admin
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 33
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 15:13

Tu le dis toi-même, ce sont moisn des américains que des étrangers qui découvrent.
Leur système est pourri dans ce sens.
Ici, c'est le manque de moyens durables, et le caractère particulier des français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihongomirail.frbb.net
Nausicaä
Admin
avatar

Nombre de messages : 371
Age : 34
Localisation : Dans un monde de Bisounours...
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 16:39

et Sciences et Vie, c'est surtout du domaine des sciences "dures" (je vais finir par faire une crise d'urticaire) genre physique, Chimie, Géologie, Astronomie etc.... Pour les sciences humaines etc c'est pas la pied et c'est pas GEO qui va contrebalancer. Dans le domaine des sciences sociales, je ne sais pas où en sont exactement les Américains, mais il semble qu'ils aient du mal à se remettre de certaines polémiques concernant certaines de leurs icônes (Margareth Mead entres autres)...

Oui la recherche en France, c'est la merde depuis des lustres, on forme des bons chercheurs qu'on ne peut pas garder car pas assez de postes ni de rémunérations. Pour info, mon meilleur pote vient de soutenir sa thèse en biochimie à Montpellier avec félicitations du jury (donc note oscillant entre 18 et 19,5/ 20), ben il pense vite s'expatrier car même en bossant dans le privé, il touchera 4 fois moins (au minimum) que s'il bossait au USA ou dans d'autres pays de l'UE genre Royaume-Uni, Allemagne...

Mais, est-ce parce que la situation est désespérée qu'il faut cesser de se défendre?

Sarko veut une immigration choisie (sous-entendu des cerveaux) pour combler un certain déficit (et surtout ensuite se prévaloir de "faveurs" auprès des pays d'origine, ah chère Afrique pressée et archi repressée, quand te laissera-t-on profiter de tes richesses pour toi-même?). Moi je dis, plutôt qu'une immigration choisie à l'extrême, il ferait mieux de se pencher sur un système permettant de conserver les cerveaux formés en France pour qu'ils produisent de la richesse matérielle et culturelle en France et pas qu'ils viennent se former avant de se tirer là où l'herbe est plus verte.... Enfin bon on va dévier...sur d'autres sujets... Pour moi, même si beaucoup de réformes sont devenus indispensables, il y a une certaine idéologie présente et véhiculée par notre gouvernement (légitimé par le vote on est d'accord) qui témoigne quand même d'un fabuleux retour en arrière...

Va falloir stopper l'hypocrisie, j'aimerai savoir quel pourcentage d'électeurs ont voté Sarko, en pensant très fort, c'est comme si je votais le Pen mais au moins j'ai bonne conscience... Bon je dévie, et je comprendrais que certaines parties de ce post passent à la trappe Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/nausycaa/
-Branwen-
Officier Admin
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 33
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 18:28

Eh bah, je peux uniquement approuver ce que tu dis, rien à rajouter.

Les sciences humaines sont justement les mieux représentées en France, Allemagne... plutôt que dans les pays anglos-saxons.
CQFD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihongomirail.frbb.net
Pluie

avatar

Nombre de messages : 475
Age : 32
Localisation : Entre les lignes
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 21:05

Il y a plus de découvertes faites par des non-américains aux Etats-Unis, tout simplement parce qu'ils prennent des chercheurs du monde entier. Pour le reste, durant sa campagne Sarkozy a clairement dit qu'il trouvait inadmissible la fuite des cerveaux et qu'il fallait être compétitif pour pouvoir les garder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nausicaä
Admin
avatar

Nombre de messages : 371
Age : 34
Localisation : Dans un monde de Bisounours...
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 21:17

oui et il a proposé quoi pour les garder? Le CNRS va être dissout prochainement d'après les chercheurs...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/nausycaa/
-Branwen-
Officier Admin
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 33
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 21:27

Ah oui quand même... Eh bien, on va pas pouvoir chercher beaucoup comme ça....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihongomirail.frbb.net
Pluie

avatar

Nombre de messages : 475
Age : 32
Localisation : Entre les lignes
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   Ven 30 Nov - 22:33

Ah bon ? Et bien se garçon est incohérent... Wait and see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La recherche en danger, un autre nuage se profile....   

Revenir en haut Aller en bas
 
La recherche en danger, un autre nuage se profile....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre recherche
» La biodiversité des animaux d'élevage en danger
» moteur de recherche de pdf ou de document autre
» À la recherche du Grand Monarque par la Gématrie !
» SUJET ORAL: LA POLLUTION EN VILLE. QUELLE DANGER POUR LA SANTE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Fac :: Les News-
Sauter vers: